SargaClean

Nouveaux dispositifs de dépollution et de valorisation
des sargasses et des algues vertes







Une entreprise innovante
pour une vraie préservation des sites et de la santé

La société Parthena possède une division Environnement dédiée à la sauvagarde des littoraux.
La société met au point, en vue de leur exploitation ultérieure par des collectivités, un certain nombre de dispositifs de collecte des algues susceptibles de révolutionner les pratiques actuelles à l'approche des rivages ainsi qu'à distance préventive.
 
La société développe un concept exclusif mondial  spécialement adapté aux Antilles et aux côtes bretonnes.
 
Les dispositifs généraux présentés ici s'adaptent en effet aux côtes bretonnes. Les sargasses sont des algues flottantes que les pêcheurs antillais rencontraient sur de petites surfaces. Mais depuis 2011 elles prolifèrent en bancs épais sur des surfaces de plusieurs dizaines de kilomètres. Pour les Antilles, mais aussi pour la Bretagne confrontée aux algues vertes, elles sont devenues un fléau.
 
Leur puréfaction sur les rivages libèrent du sulfure d'hydrogène, lequel peut provoquer la mort en moins de 30 minutes. Ainsi les collectivités territoriales sont confrontées à un grave problème de collecte puis de valorisation.

Deux solutions peuvent être envisagées :
 
- La collecte curative une fois les algues parvenues sur le littoral, solution à laquelle les collectivités recourent actuellement
 
- La collecte préventive avant que les algues ne parviennent sur la côte grâce au procédé SARGACLEANER développé par PARTHENA-Environnement
 
Seul ce procédé permet une prévention efficace, sécurisée, en temps voulu ainsi qu'une valorisation de la matière collectée.


La société Parthena - Division Environnement

Nos projets d'investissement pour la collecte en mer

120
Portfolio Item

Barges de baie 120 mètres

120 m x 40 x 5 x (tirant d'eau 2 m)

24 000 m3 - Charge +/- 16 000 tonnes

Pompes : 10 suceuses diamètre 50 cm environ
Soit 100 000 m3 par heure
4 unités sur chaque bord et 2 en proue et poupe - Dépression de 1 bar en bout de suceuse
Grues hydraulique - 6 flèches :
2 flèches de 40 mètres sur chaque bord plus 1 en proue et poupe
Refoulement : daleaux - surbaux - pompes hydrauliques pour rejets - équipements de débits et capacité appropriés
Motorisation : machine générateur hydraulique

Sécurité : prévention des risques d'intoxication par l'hydrogène sulfuré H2S notamment en zone de risque de confinement de la barge
Armement : 10 personnes embarquées (capitaine, second, 2 mécaniciens, 2 conducteurs grutiers et 4 marins de pont)

60
Portfolio Item

Barges rivages 60 mètres

60 m x 30 x 4 x (tirant d'eau 1 m)

7 200 m3 - Charge +/- 5 000 tonnes

Pompes : 6 suceuses diamètre 50 cm environ
Soit 60 000 m3 par heure
2 unités sur chaque bord et 2 en proue et poupe - Dépression de 1 bar en bout de suceuse
Grues hydraulique - 4 flèches :
1 flèche de 20 mètres sur chaque bord plus 1 en proue et poupe
Refoulement : daleaux - surbaux - pompes hydrauliques pour rejets - équipements de débits et capacité appropriés
Motorisation : machine générateur hydraulique

Propulsion et positionnement statonnaires par PODS hydrauliques Sécurité : prévention des risques d'intoxication par l'hydrogène sulfuré H2S notamment en zone de risque de confinement de la barge
Armement : 8 personnes embarquées (capitaine, second, 2 mécaniciens, 2 conducteurs grutiers et 2 marins de pont)

30
Portfolio Item

Barges de lisière de côte 30 mètres

30 m x 15 x 3 x (tirant d'eau 0.80 m)

1 300 m3 - Charge 1 000 tonnes

Pompes : 4 suceuses diamètre 50 cm environ
Soit 40 000 m3 par heure
1 unité sur chaque bord et 2 en proue et poupe - Dépression de 1 bar en bout de suceuse
Grues hydraulique - 2 flèches :
1 flèche de 20 mètres sur chaque bord
Refoulement : daleaux - surbaux - pompes hydrauliques pour rejets - équipements de débits et capacité appropriés
Motorisation : machine générateur hydraulique

Propulsion et positionnement statonnaires par PODS hydrauliques Sécurité : prévention des risques d'intoxication par l'hydrogène sulfuré H2S notamment en zone de risque de confinement de la barge
Armement : 6 personnes embarquées (capitaine, 1 mécanicien, 2 conducteurs grutiers et 2 marins de pont)

  • Une simple évidence (1)

    Traitement curatif actuel

    Des équipements ont été mis à disposition pour traiter les arrivages massifs d’algues brunes sur les plages. Des outils manuels, des pelleteuses, ratisseurs autonomes , le Sargator ou le Truxor, à l’initiative de communes dans le cadre d’EPCI « Etablissement public de coopération intercommunale » par exemple.

    Face à ce phénomène nouveau mais semblant revêtir un aspect durable, les pouvoirs publics ont dû, dans un premier temps, faire face de manière immédiate et urgente à la problématique de ramassage manuel et dans certain cas mécanisé.

    Les institutions (DEAL, DIECTE, ADEME, ARS) sont mobilisées et avisées sur les conséquences que peut revêtir le caractère durable voir irréversible, notamment sur l’environnement et la santé publique des populations.

  • Une simple évidence (2)

    Le ramassage en mer a plusieurs points forts

    La collecte des algues en mer présente l’avantage de recueillir un produit vivant, qui ne s’est pas détérioré par putréfaction. Les Pompes-suceuses sur barges navigables remplissent des ballasts qui sont maintenus en eau, de sorte à maintenir l’algue en vie jusqu’à son transbordement à l’unité de traitement « Usine de Valorisation embarquée ou à terre  »

    La collecte en mer permet une collecte préventive. Les bancs d’algues sont épais et étendus, la collecte en mer est l’un des moyens d'éviter qu’ils soient dispersés à la côte. (Cf. préventions)

    ...

  • Le ramassage en mer a plusieurs points forts (suite)

    L’unité de traitement « l’usine de valorisation fixe » se doit d’être accessible et proche d’une zone de mouillage afin de limiter le temps de transport et de traitement qui doit être inferieur à un cycle de 96h pour lutter contre l’émanation des gaz de type h²s.L’usine de valorisation doit être automatisée pour limiter la présence humaine pendant la phase de séchage et de récupération des gaz. Le traitement embarqué est lui immédiat, séchage traitement et mise en sacs d’un produit fini.

    A terre le cycle de valorisation démarre à la phase de déchargement des barges jusqu’à la phase de séchage pour se terminer par le conditionnement du produit en phase finale du traitement qui devient un produit valorisable commercialisable, conditionné sec en sacs de 25 Kg, (humidité inférieure à 10-15%) .

  • Une simple évidence (3)

    Traitement préventif du fléau

    L’organisation actuelle de collecte sur les plages et le littoral est complémentaire à l’action que nous proposons de combattre par la mer. Toutefois l’organisation et les matériels mis à disposition des collectivités reste inadaptée pour traiter l’arrivée massive des bancs d’algues à traiter.

    Parthena-Environnement propose
    Nous préconisons la mise en œuvre d’importantes barges de mer armées de pompes-suceuses de fort débit parfaitement autonomes, chacune adaptée aux chantiers de dépollutions rencontrés. (Cf. moyens proposés)
    Leur capacité est de plusieurs dizaines de milliers de m3/ heure. il s’agit de très importants matériels adaptés à l’ampleur des chantiers.
    Les ballasts des barges font office de siphon et stockent les algues vivantes jusqu’à l’unité de traitement (fixe à terre ou embarquée).

  • Traitement préventif du fléau (suite)

    Le traitement est de l’ordre d’un hectare par heure. Nous ne savons pas traiter les résidus, les dépôts d’algues sur les plages, mais nous savons libérer de très importantes zones de pollution en limite de côtes accessibles avec un tirant d’eau acceptable par les machines.

    Nous comptons disposer d’une flotte adaptée à chaque zone à traiter, d’une efficacité redoutable, véritable PC d’intervention , rapidement mobilisable, ce service peut être comparable avec réserve au service de secours en mer.


    La société Parthena (Division Environnement)
Un dispositif tout d'abord curatif puis préventif

La nature des interventions et leur processus plaident pour une action plus efficace depuis la mer
et limitant l'impact des surcoûts liés au caractère isolé ou peu accessible de certains sites.

Parthena-Environnement propose en MARTINIQUE ET GUADELOUPE La création d'une compagnie ressortant des affaires maritimes

La création d'une compagnie industrielle et commerciale

  • 1. Agir plutôt que subir

    Prévention protective des zones à risque d'envahissement

    Le dispositif préconisé consiste 3 à 4 jours avant l’arrivée des algues brunes, dûment signalée par l’autorité publique, à placer un barrage à l’extérieur des zones à protéger, des filets de retenue du type Senne, hauteur du filet 2m à grosses mailles carrées en fibre de corde mailles de 40 cmx 40 cm, diamètre des cordes de l’ordre de 25 mm ,équipées de plombs de lestage, 2500 kg par kilomètre de longueur et suspendus à des flotteurs appropriés, l’ensemble tenue en stationnaire par des ancres marines correctement dimensionnées et positionnées (nature des fonds) (études faisabilité encrage par vis sur le fond) (dispositifs effectif en zone de mouillage). Le dispositif du barrage, ouvert par larges chicanes, (libre passage des embarcations), dûment balisées permettant le passage des embarcations, et de la plupart des poissons et espèces marines, sa vocation est de rester en situation le temps de l’alerte d’arrivage des algues brunes.

    Ce dispositif est capable de tenir par mer forte une à deux semaines. Les barges pompes-suceuses à disposition sur site pour procéder à la récupération des algues bien avant l’envahissement de la côte, le procédé est simple, peu couteux, son efficacité appropriée pour autant que les moyens préconisés pour la décharge des filets soient en place sur site et adaptés au tonnage d’algues à récupérer (barges et pompes suceuses). Ce dispositif se trouve efficace pour les arrivages d’algues du type filaire ou par plaques disloquées.

    2. Quelques données

    Volume et surface

    Certaines études font état des observations visuelles par hélicoptère de la Martinique et ont permis d’estimer à environ 200 000 m3, soit près de 58 000 tonnes d’algues en poids sec, soit environ 600 000 tonnes en poids mouillé - égoutté mais toujours saturé d’eau de mer.

    La longueur de trait de côte de la Martinique est de l’ordre de 290 km

    La longueur de trait de côte de la Guadeloupe est de l’ordre de 400 km

    Volume d’algues flottantes par hectare estimatif = 200 m3

    La masse d’algues à l’hectare = 50 tonnes

    La surface estimée d’algues à la dérive pourrait être de l’ordre de 41 000 km²

    La masse d’algues correspondant serait de l’ordre de 230 millions de tonnes.

    Portfolio Item

    3. Les sargasses une matière première négociable

    La problématique

    La problématique sargasse ne s’arrête pas à la question de la collecte : les moyens d’acheminement, de stockage et de valorisation de ce produit sont également une priorité. Plusieurs industries locale peuvent être impliqués par l’usage du produit à la sortie d’usine ou des unités de traitement.

    L’estimation de 58 000 tonnes de produits négociables semble réaliste.

    Portfolio Item

    Les cibles projetées

    Engrais, food, textile, produit de matières plastiques recyclables ,cosmétique sont des pistes pertinentes.

    Il s’agit également pour notre environnement sanitaire et écologique, et notre économie, de mettre en œuvre des techniques permettant, d’en tirer dès aujourd'hui des bénéfices en s’inscrivant dans une économie réelle,

    « bleue performante ».
  • Portfolio Item

    4. Des acteurs privés et publics investis

    Travail en équipe projet

    Les acteurs de ces études sont bien connus, (INERIS, DEAL, IFREMER, ADEME, ARS, Collectivité territoriale, Conseil Régional…)

    Les bureaux d’ études sont disponibles particulièrement pour le chiffrage et le dimensionnement des équipements, notamment pour la construction et les équipements, navals , maritimes et industriels.

    D’autres acteurs locaux tels que les élus, le Conseil Régional, et les administrés autour des sites pressentis seront consultés et seront conviés aux réunions d’études et d’informations préalables.

    Sur le plan local la concertation des acteurs locaux, comités de pèches , associations, syndicats de traitement des déchets, représentant des filières qui sont concernées par un des aspects de la solution. Il est à noter que ce travail d’écoute, de partage d’informations et de sensibilisation peut s’avérer long , il impose une grande disponibilité qu’il convient de ne ne pas sous estimer.

    Gestion à l’écoute des services de prévention et de sécurité civile.

    Cette organisation pourrait être placée sous l’autorité de Monsieur le Préfet.

    Nous pouvons agir dans l’urgence, Parthena est coutumière de ces actions de partage d’échanges et de prévention et dispose des moyens nécessaires pour conduire le projet avec toutes les chances de succès qu’il convient.

    Portfolio Item

    5. Quelques mots sur la mise en oeuvre

    Plusiers études et consultations à assurer

    Mais bien des critères sont connus et répertoriés

    • Etude sur la saisonnalité et volume d’algues, consultation IFREMER–DEAL–ADEME et autres autorités.

    • Dimensionnement de l’usine de valorisation, embarqué ou sur site, sa topographie, et des volumes d’algues : consultation des bureaux d’études et industriels et mise au point des adaptations et performances des nouveaux matériels.

    • Préparation pour valider le potentiel du /des sites choisis. Rencontres avec les élus, et réunion d’information locale, désignation de bureaux d’études pour la conception et finalisation des autorisations administratives.

    • Etude d’impact, environnemental et de danger en vue d’intégrer les contraintes conduisant aux autorisations administratives pour construire et exploiter, études à conduire en temps masqué, en parallèle des études de conception car elles déterminent certains aspects du cahier des charges de l’ouvrage et des machines et des objectifs.

    • Choix des acteurs pressentis et mise en œuvre de logistiques nécessaires à l’exploitation.

    • Conception et fabrication des barges et de leur équipement, pompes-suceuses, consultation d’entreprises et industriels pour répondre au cahier des charges.

    • Rapport sur l’environnement de travail et les contraintes liées aux gaz et à la fermentation des algues.

    • Etudes des rendements capacitaires.

    Délai et enveloppe d’études
    12 mois budget un million €

    Portfolio Item

    6. Usine de valorisation

    Accès direct à la mer - Zone protégée - Zone non exposée

    • Bâtiment industriel de l’ordre de 6 000 m² sur un terrain de l’ordre de 2 /3 hectares.

    • Dont bureaux administratifs, capitainerie, locaux des personnels , logement gardien, 400 m².

    • Parkings et zone de stockage, zone de livraison.

    • Zone bâtiment 1 000 m² atelier entretien chaudronnerie et mécanique.

    • Zone bâtiment 1 500 m² de stockage et remisage de filets, matériels flottants, entretien, corderies

    • Accès camions et semi –remorques charge 15 tonnes.

    • Zone de mouillage, bassin ou bras d’eaux pour 4 navires // Abri au sens marin du terme.

    • Equipement d’un quai d’accostage tirant d’eau 5 mètres, navire de 120m x 50 m.

    • Equipement déchargements automatisés depuis la barge.

    • Equipement industriel du type séchoir, avec capteurs et saturateurs intégrés en toiture

    • Mécanismes de traitement, Sécurité : Cahier des charges Prise en compte et prévention des risques d’intoxication des personnels par Hydrogène sulfuré H²S, notamment en zone de risque de confinement de l’usine- séchoir.

    • Mécanisme d’ensachages par 25 kg et vrac – silos.

    • Variante aux séchoirs à terre : Bateau usine traitement embarqué

Quels traitements possibles ?

Team Member

« Aujourd'hui, nous n’avons pas trouvé d'autre solution que de traiter le problème lorsqu'il est sur nos plages. »

Selon la DREAL, la récupération des algues en mer par des filets ou « barrage » en mer est difficilement envisageable en raison de son coût. Et la masse des algues détruirait rapidement ces équipements en mer.

Team Member

Reste donc le ramassage des algues échouées sur les plages.

C'est la solution retenue par la plupart des communes. Mais elle est coûteuse et souvent inefficace au regard de l’ampleur du phénomène.
Lorsque c'est possible, un étalement de ces algues en arrière-plage sur des couches inférieures à 10 cm assure une dégradation naturelle et sans risque, grâce au soleil et à la chaleur.

Team Member

Une approche industrielle innovante

Parthena Environnement offre un service curatif, (enlèvement par la mer) et un dispositif préventif ( barrage) à l’envahissement et au déferlement des algues sur le littoral, suivi du recyclage et de la valorisation des algues après traitement.

Team Member

Parthena Environnement offre...

...un concept industriel et économique en rapport avec le phénomène endémique de cette pollution, qui n’est autre qu’une matière première d’avenir à l’échelle internationale

Le H²S ou hydrogène sulfuré
un danger mortel

INMA - Institut National de Médecine Agricole 14 rue Auguste Comte 37000 Tour Siege social INMA-Faculté de Médecine 10 Bd Tonnellé 37032 Tours Cedex - mémoire présenté par le Dr Pierre Ducreux Service santé au Travail MSA 22 12 rue Paimpont 22000 Saint Brieux

Le risque d’intoxication aiguë par l’hydrogène sulfuré ( h²s) chez les professionnels chargés du ramassage, du transport et du traitement des algues vertes.

ET

Ministère de l'Écologie et du Développement Durable Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées.
Sylvie TISSOT - Annick PICHARD Direction des Risques chroniques (DRC)


Seuils de Toxicité Aiguë Hydrogène Sulfuré (H2S)

L’immanence du danger liée la décomposition des algues brunes sur les rivages et notamment les Sargasses est d’un danger extrême pour les personnels en charge du traitement du fléau mais aussi les riverains, suivant les circonstances notamment au regard de leur concentration cinq minutes d’inhalation peuvent être fatales pour l’homme et tout le moins d’une extrême gravité handicapante pour les victimes.
 
Les travaux cités ci-dessus et bien d’autres publications scientifiques sont concordantes sur ce danger mortel.
Le groupe Parthena est l’un des seuls entrepreneurs à offrir une technologie industrielle en rapport avec le fléau il est vrai très lourd, mai seul susceptible de tenter de solutionner cette calamiteuse invasion porteuse de grands dangers pour l’homme la flore et la faune. C’est aussi une opportunité de secours et d’assistance programmée pour le long terme et porteuse d’emplois ,de valorisation et de richesses locales. Il s’agit de participer au service de la sécurité Publique.

 
La société Parthena - Division Environnement

La société mère : GROUPE PARTHENA

Contact - Réseaux sociaux - Partage

Adresse

Groupe Parthena – Environnement
22-24, rue de Courcelles
PARIS 75008

Téléphone

+ 33 1 42 89 29 66